top of page

Le conseil conjugal, tout sauf des conseils !

Dernière mise à jour : 2 mai

J'ai souvent l'impression de décevoir mes clients lorsque je refuse de leur donner des conseils en thérapie de couple et que je leur annonce que nous allons "tenir conseil" ensemble, mais très vite, ils saisissent le bien fondé de cette démarche...

thérapie de couple conseils

Très souvent, les personnes que je reçois font face à des choix de vie compliqués, n'y voient plus clair et viennent chercher des conseils dans mon cabinet.

"Que feriez vous à notre place ?", "Dois-je la quitter ?", "Qu'est-ce que je peux faire pour renouer avec ma mère ?"


Cela serait tellement plus simple pour eux si quelqu'un pouvait décider à leur place et surtout cette conseillère conjugale qu'ils viennent consulter et qui porte si mal son nom.

"Pourquoi vous vous appelez conseillère si vous ne donnez pas de conseil ?"


Je ne donne pas de conseil car chaque individu est unique, chaque couple est doublement unique, car je ne suis pas à leur place et que je ne le serai jamais.

Mes conseils tomberaient de toute façon à côté.

Si un couple a décidé de ne plus avoir de relations sexuelles et que c'est totalement OK pour les deux, qui suis-je pour leur conseiller de maintenir une sexualité ?

Mon rôle est plutôt de vérifier que les deux membres du couple sont parfaitement alignés avec ce choix et qu'aucun des deux ne souffre de cette décision .


J'ai été formée pour accompagner la réflexion de ceux, enfants, adultes ou adolescents qui souffrent dans leur vie affective, relationnelle et sexuelle (anccef) .

Je suis là pour tenir conseil avec eux, pour les aider à prendre du recul et à réfléchir, afin qu'ils fassent eux-mêmes des choix libres et assumés.


Ce serait les infantiliser que de leur donner des conseils. Je suis persuadée que chaque personne possède ses propres ressources pour prendre les bonnes décisions. Parfois, à certains moments de la vie, la personne ou le couple ne trouve plus ces ressources et je les aide à les identifier et à les mobiliser de nouveau.


Comment ?


Tout d’abord, en leur prêtant une oreille attentive. Une oreille qui ne juge pas, n'interprète pas et ne prend pas parti. Une écoute active qui me permet de reformuler leurs propos, de les approfondir et d'éclaircir avec eux leurs problématiques.

D'autre part, en portant des coups de projecteur sur certains pans de leur histoire ou sur des non-dits qui en disent beaucoup. Je leur permets ainsi de faire un pas de côté, de prendre de la hauteur, de regarder la problématique avec un autre oeil, jusqu'à ce que la solution naisse en eux et leur paraisse évidente.

Enfin, je permets de rétablir le dialogue, de faire circuler la parole notamment quand la communication est rompue au sein du couple ou de la famille. J'ose poser toutes les questions, celles qu'on n'ose plus se poser ou qu'on n'aborde pas si facilement que ça au petit déjeuner ou sur la route des vacances.


Jamais je n'inciterai un couple à poursuivre leur histoire ou bien à se séparer ; en revanche, j'espère que je les aurai suffisamment bien accompagnés pour qu'ils puissent prendre leur décision le plus sereinement possible, en étant alignés dans leur corps, cerveau et coeur.


Le seul conseil que je veux bien donner est qu'il faut éviter de demander conseil à son entourage ou à sa famille et fuir toutes les injonctions relayées par la société et les magazines féminins ...

Comments


bottom of page